Mai 2017

La Mue du Musée

De la fermeture des Jacobins à l’ouverture du nouveau Musée de Morlaix 2017 – 2021.

Le site des Jacobins ferme définitivement ses portes le 21 mai 2017. Architectes et entreprises en prennent possession pour la mise en œuvre du chantier de réhabilitation du musée.

La Maison à Pondalez tout en poursuivant son activité patrimoniale, devient le centre névralgique du musée où le public découvre l’actualité de la collection et du chantier.

Le site des Jacobins entre en 2017 dans une phase constructive tant sur le plan des travaux qui débuteront en 2018 que sur le plan de son évolution et de son concept, son projet scientifique et culturel.

Plusieurs phases vont se succéder pendant cette période qui précédera l’ouverture du nouveau musée.

  • Chantier architectural
  • Chantier des collections
  • Mouvement des œuvres

La fermeture du Musée n’est pas synonyme de son effacement de la vie de la Cité, bien au contraire pendant ce moment où la collection sera moins visible, une partie de celle-ci reste cependant accessible à la Maison à Pondalez, il faudra multiplier toutes les occasions pour être présent auprès du public en communicant sur les chantiers importants qui se déroulent en coulisses et en proposant des expositions et des manifestations hors les murs.

Des lieux  pour communiquer et partager:

Deux lieux au cœur de la Ville auraient vocation à assurer cette double mission :

  • La Maison à Pondalez, 9 Grand rue : poursuite de l’activité patrimoniale, exposition, petites formes, à partir de l’actualité de la collection. Espace d’accueil, d’information et de vente, boutique du Musée.

Du 1er juin au 31 décembre 2017 Le Musée de Morlaix participe au centenaire de la mort de Rodin en présentant, à la Maison à Pondalez, deux des bustes de l’artiste de sa collection.

  • Le Pavillon de la culture, Place des Otages, plus spécifiquement dédié à l’actualité du projet architectural, dans toutes ses composantes : Monument historique, Église, parcours muséographique, avancement travaux…

 

Mai 2016

La Ville de Morlaix a choisi le maître d’œuvre pour le projet de réhabilitation du Musée de Morlaix situé dans le Couvent des Jacobins au cœur de la Ville (classé MH).

Parmi les 94 candidats et les 5 lauréats, le jury présidé par Madame Agnès Le Brun, Maire de Morlaix a retenu

l’Atelier Novembre, Marc Iseppi, Jacques Pajot, Architectes

Réhabilitation du Musée de Morlaix

Musée municipal de la Ville de Morlaix, Musée de France 2017 – 2021

 

Vue_aérienne_parvis&entrée_principale_Musée_de_Morlaix_Sculptures_Bernar-Venet_©menomenopiu_ATELIER-NOVEMBRE_sculptures_Bernar-Venet
Vue aérienne du
parvis et de l’entrée principale du musée de Morlaix, projet [Sculptures de Bernar Venet] © menomenopiu / ATELIER NOVEMBRE / Bernar Venet

 

L’équipe de maîtrise d’ouvrage est composé comme suit :Architecte mandataire : Atelier Novembre, Marc Iseppi Architecte ;Chef de projet : Natacha FricoutBET TCE + Economie + DET : Oteis-IsategScénographe : Atelier FCS, Frédéric Casanova et- Delphine BaillyMuséographe : Anne Bourdais

Eclairagiste : Les Eclaireurs

BET Acoustique : Jean-Paul Lamoureux

BET Prévention Accessibilité, coordination SSI : Tessibat

Une opération réalisée en trois phases qui se dérouleront de 2017 à 2021.La maîtrise d’œuvre recrutée assurera les phases 1 et 3 concernant l’aménagement muséographique de l’ensemble des bâtiments conventuels et de l’Église.La phase 2 consistera en la restauration de l’Église des Jacobins, église halle dominicaine du 13e siècle par un architecte des Monuments historiques dont le recrutement est en cours.Le coût total s’élève à 13 400 000 € toutes dépenses confondues (11 200 000 € HT), décomposé comme suit :6 800 000 € HT pour les aménagements muséographiques réalisés par l’Atelier Novembre2 900 000 € HT pour la restauration de l’église et la toiture de l’Aile Est du couvent par la maîtrise d’œuvre MH.

1 420 000 € HT pour les dépenses annexes (programmation, diagnostics, concours, études, assurance, aléas..)

Le financement par la Ville de Morlaix (48 % après récupération de la TVA) bénéficie des aides de l’État, Ministère de la Culture Drac Bretagne (21%), de la Région Bretagne (6 %), du Département du Finistère (8 %), de Morlaix-Communauté (6.1 %) et du GIP Pays de Morlaix (4.5 %). La Ville s’emploie à réunir des fonds privés pour compléter le financement de ce projet d’envergure.

Vue_intérieure_Eglise_réhabilitée_hall_accueil_Musée_de_Morlaix_Sculpture_Bernar-Venet_©menomenopiu_ATELIER-NOVEMBRE_sculpture_Bernar-VenetVue intérieure de l’église réhabilitée ; hall d’accueil du Musée de Morlaix, projet. [Sculpture de Bernar Venet] © menomenopiu / ATELIER NOVEMBRE / Bernar Venet

La nouvelle entrée du Musée se fait par l’église qui retrouve son volume initial, le parcours muséographique débute dans la nef et se déroule sur un seul niveau intermédiaire dans les trois ailes autour de la cour, ancien cloître du couvent.

La surface totale dévolue au projet, collection, exposition, et services sera de

3 038 m² SU.

Le Musée de Morlaix, Musée de France conserve des collections beaux-arts, ethnographie et arts populaires parmi lesquelles figurent de nombreux chefs-d’œuvre comme Vénus et Adonis de Giovanni Romanelli, Pluie à Belle-Île de Claude Monet ou Pharmacie bretonne ou Fontaines sacrées revisitées de Daniel Spoerri.

Le Musée fermera « à minima » pendant cette période et poursuivra ses activités auprès de ses publics notamment les expositions comme celle de cet été consacré à Édouard Pignon.

 

visite Musée 2CLe Musée de Morlaix est un musée municipal bénéficiant de l’appellation « Musée de France». Installé depuis plus d’un siècle (1887) au sein du Couvent des Jacobins, le Musée est l’un des nombreux joyaux patrimoniaux de la Ville.

Cependant ses locaux ne sont plus adaptés à la présentation, à la conservation des œuvres, au développement de nouveau projet et à l’accueil du public de plus en plus nombreux.

La Ville de Morlaix a fait le choix d’inscrire le Musée dans une stratégie culturelle à l’échelle du bassin de vie en engageant un important chantier de rénovation et réhabilitation des espaces.

L’esprit de ce projet supporté par la Ville de Morlaix, et accompagné par de nombreux partenaires dont la DRAC, est de mettre en valeur la culture, l’histoire et le patrimoine ethnologique et historique au service de la population locale et touristique du Pays de Morlaix.

Voici quelques étapes de la restauration afin d’y voir un peu plus clair.

SEPTEMBRE 2015 – Article paru dans le Morlaix Mag n° 139 – « Projet de rénovation du Musée : le chantier commencera par les réserves ».

Depuis 2003, année de leur fermeture définitive au public pour des raisons de sécurité, les salles permanentes du Musée dans l’Église des Jacobins sont le théâtre d’un vaste chantier de conservation-restauration de la collection. Les espaces ont été provisoirement adaptés à un rangement rationnel, au traitement et au conditionnement des œuvres, peintures, sculptures et objets, afin de les préparer à leur transfert dans des réserves dignes de ce nom.

La conservation et la restauration sont une constante depuis de nombreuses années et font l’objet tous les ans d’inscriptions budgétaires régulières. Les restaurateurs se succèdent, le personnel technique du Musée a été formé à ce chantier, le personnel scientifique détermine les orientations et les choix avec l’aide du Service des Musées de France et de la Commission Scientifique Régionale des Musées.
Bien que conservés dans un climat très spécifique, conditionné par la vétusté du bâtiment et l’environnement inadéquat (absence de chauffage, des grandes verrières non étanches, des courants d’air et une forte humidité), les œuvres et les objets de la collection s’y sont accoutumés et ont aujourd’hui un comportement et un état sanitaire relativement satisfaisants.
Différentes missions de professionnels ont permis d’une part d’évaluer cet état de conservation et ce comportement de la collection par rapport à ces contraintes spécifiques, et d’autre part d’appréhender dans le détail les mesures à prendre en vue du déménagement.
« Un déménagement constitue en effet invariablement une situation à risques dans la vie d’une collection qu’il convient de concevoir et planifier au mieux » indique Patrick Jourdan, conservateur en chef, directeur du Musée.

Une acclimatation progressive
En effet ce transfert est, dans le cas du Musée de Morlaix, une opération délicate et l’irrémédiable serait commis sans un véritable travail de conservation et d’acclimatation progressive de plusieurs mois avant le passage à un climat normalisé. La préconisation est d’opérer ce transfert directement dans des réserves définitives et d’éviter un entreposage temporaire qui ne pourrait que compliquer et alourdir l’opération.
Alors que le concours de maîtrise d’œuvre ouvert le 7 juillet dernier aboutira à la fin de l’année 2015 au choix d’une équipe pluridisciplinaire autour d’un architecte mandataire, le phasage du projet de réhabilitation a été organisé afin de permettre au mieux et au plus vite ce transfert des œuvres. La création des réserves définitives sera la première tranche des travaux afin de libérer l’Église des Jacobins pour la livrer à un deuxième maître d’œuvre, un architecte des monuments historiques.
Parallèlement à cette construction, l’équipe de conservation du Musée, avec l’aide de spécialistes, s’attachera à préparer l’acclimatation progressive depuis le climat actuel, en dents de scie, vers les normes de conservation, équilibrées, qui seront atteintes sur une longue durée par paliers successifs. Pour cela, il faudra trouver l’équipement technique approprié, une centrale de traitement de l’air qui régulera la température et le taux d’hygrométrie afin de l’adapter à ce passage délicat d’une atmosphère à une autre. Un enjeu primordial pour la santé de la collection du Musée de Morlaix.
Depuis le 7 juillet, 5 architectes en lice
Lancé en avril dernier, le concours de maitrise d’œuvre pour la rénovation du Musée a reçu pas moins de 94 candidatures (!)
Au cours d’une journée de délibérations très dense et riche en échanges avec les cabinets d’architectes présents, le jury (composé d’élus, d’acteurs institutionnels de la culture, d’architectes et d’un économiste de la construction) est parvenu à sélectionner 5 candidats

Leurs équipes vont travailler jusqu’à octobre, date à laquelle ils remettront leur projet. Le lauréat du concours sera désigné en décembre après avis du jury de maîtrise d’œuvre.
C’est seulement à l’issue des études de maîtrise d’œuvre que les entreprises seront mises en concurrence pour la réalisation des travaux, dont le démarrage est programmé au 4ème trimestre 2016.

 

JUIN 2004: Texte Musée de Morlaix : « 1997 à 2004 : Hors d’eau – Hors d’air »

Travaux Hors d’eau – Hors d’air

Ce cliché réalisé lors de la première grande campagne de restauration du couvent des Jacobins montre une partie de la nouvelle charpente à nu. Des blochets au faitage, les arbalétrières, les pannes et les chevrons dessinent un magnifique ouvrage réalisé par les charpentiers des compagnons du Devoir du Tour de France.L’état préoccupant des toitures des ailes du bâtiment conventuel obligeait une réfection urgente. Des crédits sont inscrits en 1997 à cet effet pour la mise en place des toitures définitives afin de le mettre hors d’eau. La réfection totale des toitures et des façades est finalement programmée en 2002 dans la perspective d’installer la nouvelle Cité judiciaire sur le site des Jacobins.
Les travaux ont débuté en mai 2003 sous la maîtrise d’œuvre de l’architecte en chef des monuments historiques et la maîtrise d’ouvrage de la conservation régionale des monuments historiques, Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne.
Ces importants travaux qui portent sur les ailes Sud et Est, consistent au dégagement des charpentes, planchers, cloisons, totalement ruinés, la réfection des enduits la consolidation des maçonneries et le remplacement de pierres et la pose d’une nouvelle charpente et d’une couverture en ardoises taillées à la main sur place. Cette phase de restauration s’est achevée fin 2004.