SOPHIE DEGANO

Extraits du Livre d’artiste Transmission/Transgression

Technique mixte sur papier velin d’arche

Livre d’artiste réalisé dans le cadre d’un travail de médiation à l’Ephad de Lanmeur en collaboration avec le Musée de Morlaix.

 

DSC_0716Suite à mon projet Grâce à elles, qui est une exposition de 60 portraits de femmes afin de réhabiliter les femmes dans l’histoire, j’ai voulue comprendre comment peut-on transmettre en étant invisible, puisque toutes ces femmes que j’ai gravées sont restées inconnues dans nos mémoires ?

Elles nous ont pourtant transmis leur savoir, leur détermination en transgressant les lois. Mais comment c’est fait cette transmission?

Qu’elles ont été leurs influences dans la société puisque leurs travaux, leurs engagements, leurs découvertes, leurs œuvres nous sont quasis inconnues, ou du moins nous ne les re-découvrons qu’aujourd’hui ?

 

L’influence des concepts masculins est déterminante dans la structuration du moi féminin et je me pose alors la question de savoir quelle est la part de transmission purement masculine et celle féminine dans notre société ?

À ma connaissance, aucun homme artiste n’a revendiqué l’héritage d’une mère et ou d’une artiste, pourtant les femmes ont bien du influencer, apporter des œuvres emblématiques ?

 

 

Est-ce que les femmes ont tendance à transgresser plus que les hommes ?

Il est dit que dans un couple les statistiques montrent que c’est majoritairement les femmes qui demandent la séparation…. pourquoi ?

 

Est-ce justement cet acte de transgresser qui est indissociable de la transmission et est-il plus spécifique aux femmes ?

 

Est-ce transgresser que de ne pas transmettre, alors que notre rôle est de transmettre pour la survie ?

 

 

 

Nous transgressons à partir d’une base, cette base peut être celle de la société, de la famille, de la religion, c’est pourquoi j’associe les deux termes Transmission et Transgression dans mon travail, car ils sont pour moi indissociables.

 

Pour commencer à répondre à ces questions, j’ai fait une résidence à l’Ehpad de Lanmeur de septembre à décembre 2017.

J’ai collecté auprès d’une vingtaine de résidents et résidentes, habitant le même village, ce qu’est, et ce qu’a été pour eux, la notion de transmission et qu’ont-ils ou pas transgressé.

 

Je passais en moyenne 1h30/2h dans l’intimité de leur chambre et la parole commençait à se libérer. J’ai enregistré ces témoignages que j’ai réécrits sous la forme de textes courts.

J’ai souhaité rester dans l’anonymat et chaque récit est accompagné d’illustrations. Je me suis obligée à ne pas rester dans le même graphisme artistique, à me libérer de cette contrainte, pour au contraire me laisser emporter par le récit et créer une illustration propre à chaque histoire, émotion, et à la façon dont un souvenir peut-être revécu.

 

J’ai pris conscience en écoutant les récits des résidents de l’Ehpad qu’il n’y a pas de petite transmission, que chaque acte de transmettre peut être conscient ou inconscient.

De même qu’il n’y a pas de petite transgression, chaque transgression même infime peut changer le cours d’une vie.

 

J’ai commencé le livre d’artiste en m’interrogeant sur ce qu’est l’acte de transmettre et de transgresser.

 

Voici les deux premières pages

 

Sophie Degano