Conférence « L’un et le multiple : les bronzes d’art de la Maison Barbedienne » par Florence Rionnet

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la mort de Rodin, cette conférence abordera le thème des bronzes d’art à travers l’étude de cas de la Maison Barbedienne à laquelle le maître de Meudon confia la fonte de quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres. Parmi celles-ci figurent le monument des Bourgeois de Calais et l’édition en taille réduite du Baiser et de L’Éternel printemps.

Fondée en 1834, la Maison Barbedienne, la plus illustre des entreprises de bronzes d’art en France, connut pendant plus d’un siècle un immense rayonnement international. Dotés du procédé révolutionnaire de réduction mécanique des sculptures inventé par Achille Collas, Ferdinand Barbedienne et ses successeurs développèrent la production industrielle des petits bronzes d’édition. Leur vaste répertoire de modèles, de l’Antiquité à la sculpture contemporaine, répondait au goût d’une clientèle bourgeoise en plein essor. Ils rencontrèrent également un grand succès dans la fabrication d’objets d’art maintes fois récompensés dans les Expositions universelles et, forts de leur notoriété, reçurent la commande de nombreux monuments publics parmi lesquels figurent en Bretagne les célèbres monuments de Duguesclin par Fremiet (Dinan) ou de Surcouf par Caravanniez (Saint-Malo).

Auguste Rodin, Éternel Printemps, bronze, H. 40 cm, épreuve, modèle édité par la Maison Barbedienne à partir de 1898, Paris, musée Rodin, dépôt du musée d’Orsay (inv. RFR 28), © Musée Rodin (cliché Hervé Lewandowski)

MARDI 5 DECEMBRE – 18h – à l’ancien Lycée de Kernegues, Place Onesime Kérébel, salle d’audience –